Un nouveau nomade : c’est quoi ?

Hello !

Aujourd’hui, j’avais envie de te parler de nomadisme… de nomadisme moderne et des « nomades digitaux ». Après tout, c’est bien le sujet principal de ce blog, non ? Et pour moi, qui dit nomadisme dit liberté. La liberté de pouvoir faire ce qu’on veut, quand on veut et où on veut. Mais c’est quoi exactement le nomadisme moderne ?

Il suffit de faire une recherche web sur le nomadisme pour obtenir toute une flopée de résultats sur « le nomade digital »… Je t’avoue ne pas être fan de cette appellation mais l’idée est très sympa. Il s’agit en fait d’exploiter les nouvelles technologies à notre service pour travailler, gérer son entreprise, ses affaires n’importe où dans le monde, pourvu que tu aies un ordinateur portable et une connexion internet. Quand on y réfléchit, beaucoup de jobs, d’entreprises, d’activités sont tout à fait gérables à distance car ils ne nécessitent pas une présence physique. Et contrairement à ce qu’on peut croire, beaucoup de secteurs peuvent être adaptés au travail à distance si tu t’organises correctement et que tu penses ton job pour et comme cela.

En sociologie, des études montrent qu’actuellement, après être passés dans l’Histoire de l’Humanité de nomades à sédentaires, nous avons de nouveau tendance à nous diriger vers le nomadisme, lassés de cette sédentarité et de cette vie classique dans laquelle on fait des études, on s’endette quasi à vie pour acheter une maison, nos besoins augmentent, ce qui nous fait travailler encore plus pour gagner toujours plus d’argent, on s’endette de nouveau pour d’autres projets, en attendant la retraite pour (espérer) pouvoir en profiter et souffler… et là, ça ne se passe pas toujours comme prévu… Nos habitudes de consommation changent aussi : nous passons progressivement de « avoir » à « être », ce qui, combiné au nomadisme moderne, ouvre des perspectives absolument géniales ! Si tu lis ce blog, c’est que toi aussi tu te dis que quelque chose cloche dans la Société actuelle, dans la vie et le quotidien que la Société essaye sans cesse de nous imposer, voir tous ces gens mener quasiment la même vie, faire du métro-boulot-dodo pendant 40 ans… pffff, sincèrement ça me fout le moral en l’air !

Bon, alors ok, mais qu’est-ce qu’on peut faire pour changer tout ça ? bah, tu peux commencer par comprendre que ce n’est certainement pas une fatalité mais un choix… Oui : tu as le choix de mener la vie que tu veux… de développer ta Vision et de tout faire pour y arriver… N’attendons pas la retraite pour en profiter mais profitons-en dès maintenant. Je n’aime pas l’expression « nomade digital » parce que ça me fait penser à un geek ultra-connecté qui fait exactement la même chose qu’avant mais à un autre endroit… Si c’est pour t’échapper de ton bureau, trouver un coin super sympa et travailler comme un malade sans lever les yeux de ton ordi ou de ton smartphone, je ne vois pas à quoi ça sert… reste dans ton bureau alors, ce sera plus confortable car tout y est organisé pour travailler… et quand je lis des articles sur le nomadisme digital, on y voit toujours des gens qui ont tout quitté pour partir vivre et travailler à l’autre bout du monde, etc. C’est super motivant, c’est certain : lancer une entreprise entièrement pilotable à distance et pouvoir vivre dans plein de pays différents, rencontrer des gens et découvrir de nouvelles cultures… Le pied ! Mais ce qui m’embête c’est que c’est aussi assez réducteur. Je m’explique : si c’est ton rêve, transforme-le en Vision, c’est-à-dire comment tu vois ta vie dans un laps de temps raisonnable, par exemple dans 10 ans. Quel est la vie idéale que tu veux mener, ton objectif ultime ? Que mets-tu en place dès maintenant pour y parvenir ? Quel est ton planning ?

Le risque à ce stade est à mon sens que cet objectif hyper ambitieux soit toujours remis au lendemain parce que tu ne sais pas par où commencer… et que ça reste à l’état de rêve… « On verra bien plus tard », « ce n’est pas le bon moment », « Je ne peux pas me le permettre »… Et hop, toute une kyrielle de croyances limitantes qui se feront un plaisir de te ramener dans le « droit chemin »… C’est comme quand on veut arrêter de fumer : pour certains, il faut arrêter du jour au lendemain, pour d’autres, il faut progressivement diminuer jusqu’à l’arrêt… Et bien, pour moi, c’est pareil avec le nomadisme : pour certains il faut tout plaquer sur le champ, pour d’autres, il faut y aller progressivement en définissant des objectifs intermédiaires. C’est là que je voulais en venir. Un fois que tu as ta Vision, ton objectif de vie à long terme, tu peux imaginer des étapes et des objectifs qui vont déjà te rendre plus libre, plus heureux. Je ne dis pas qu’il ne faut pas être ambitieux, au contraire, dégomme tes croyances limitantes… mais il faut aussi être pragmatique et agir tout de suite. Tu n’imagines pas comme c’est agréable de quitter son put*in de bureau au beau milieu d’une belle matinée d’été pour aller boire un café sur la terrasse de ta brasserie préférée, avec juste ton carnet et tes pensées, prendre le temps en journée, pour te poser, pour réfléchir, pour imaginer de nouveaux projets. Ne plus regarder ta montre toutes les 10 minutes en te disant « Oh put’ j’aurai jamais fini » pour effectivement ne pas finir et que ça te poursuive toute la soirée ou le we…

Pour moi, le nouveau nomadisme, c’est ça : gagner du temps et de l’espace. Devenir plus mobile, plus libre. Organiser sa vie et son job pour pouvoir faire ce qu’on veut, quand et où on veut. Et le nomadisme digital vient nous y aider : en utilisant judicieusement les outils à notre disposition : si tu as juste besoin d’un ordi et de ton smartphone, alors où est le problème ? Commence par prendre une heure ou deux sur la journée et teste, essaye, corrige ce qui ne va pas… Bon, évidemment, si tu es salarié et obligé de rester au bureau, ça peut être plus compliqué mais rien ne t’empêche de négocier du télétravail… Je pense que les mentalités évoluent, notamment de par la crise que nous somme en train de traverser… mais si c’est pour faire du télétravail « à la maison », c’est pas top non plus parce du coup ton domicile devient également ton lieu de travail et bonjour la « déconnexion » ! C’est justement ce que je recommande d’éviter : travailler sur son lieu de vie, où on habite, où on vit, où on s’amuse… il sera encore plus compliqué de « fermer la porte » du bureau si l’on y vit ! Raison de plus pour prendre le large et trouver de nouveaux environnements de travail… Bien entendu, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit 😉 : travailler de chez soi est très certainement plus agréable que de se taper 3 heures d’embouteillages tous les jours ! Mais je te conseille tout de même de bien séparer ton lieu de vie et ton lieu de travail, ne serait-ce que symboliquement : travailler dans une pièce dédiée, utiliser du matériel différent pour ton boulot et pour tes projets privés (attention aux mails pros que tu reçois sur ton ordi quand tu n’es pas en train de travailler !), couper son smartphone quand on doit se concentrer, etc. Et le fait d’aller bosser dans des endroits « neutres », à l’extérieur, régulièrement, te permettra de prendre l’air et de souffler… de casser ta routine, de changer ton quotidien… de devenir plus positif, plus motivé et donc plus productif… ce qui te fera encore gagner du temps ! C’est un cercle vertueux !

Il faut donc commencer par gagner du temps… Mais comment faire ? Pour ça, je ‘invite à lire mes autres articles consacrés à la gestion du temp… Tu verras qu’avec quelques techniques et une nouvelle organisation, tu pourras gagner facilement plusieurs heures par jour…

Ensuite, le tout est de se lancer : commencer par s’échapper de son bureau pour une heure ou pour quelques heures, se trouver un coin sympa comme une terrasse de brasserie, un espace de coworking, un banc dans un parc, pas nécessairement loin de chez toi ou de ton bureau, que tu puisses rejoindre rapidement ne fût-ce que pour une heure… Attention : on y prend très vite goût ! A toi de tester ta nouvelle organisation, de voir ce qui fonctionne mieux pour toi, le moment le plus opportun, définir ce que tu vas faire et t’équiper en fonction : as-tu besoin de ton ordi et du wifi ou est-ce que ton fidèle carnet te suffira parce que tu veux juste prendre du temps ou réfléchir à ta vie, à ton entreprise, travailler sur ton entreprise plutôt que dans ton entreprise ? Tu pourras alors augmenter ces moments de nomadisme : 1 heure, 1 jour, 1 semaine, 1 mois ? En adaptant systématiquement ta nouvelle organisation et en gardant toujours ta Vision en tête…

Et c’est plus une question de personne, d’état d’esprit (mindset) et de personnalité que de secteur d’activité. Je comprends bien que ce sera plus facile pour un graphiste indépendant que pour un menuisier salarié, bien entendu, mais de nouveau c’est une question de choix, une question de priorités… Dans la théorie de la Lean Start-up, qui fera l’objet d’un prochain article, quand on ne parvient pas aux résultats attendus, on « pivote », c’est-à-dire que l’on modifie les hypothèses de base du business pour les tester et les corriger à nouveau… et dans notre vie, nous sommes parfois obligés aussi de pivoter… à toi de voir ce qui est mieux pour toi… une personne n’est pas l’autre, chaque situation est différente… et tant mieux ! Nous ne sommes pas des robots…

Exploite ton agenda à fond : définis des plages horaires durant lesquelles tu pars et planifie où tu vas et ce que tu vas faire… tu peux aussi laisser de la place à la spontanéité bien entendu : faut que ça reste sympa et relaxant… mais le but de prévoir au moins ces blocs dans ton agenda est de t’y tenir : considère-les comme des rendez-vous (avec toi-même) que tu ne peux pas rater ! Sinon, tes bonnes résolutions risquent de finir comme celles du 2 janvier de chaque année et ton inscription à la salle de sport : on y va 2 fois et puis on revient à la case départ. Il y aura toujours une bonne raison pour le « Oh pas aujourd’hui… j’irai demain » et ne tolère de changement qu’en cas d’ultime nécessité. Mieux vaut déplacer ou décaler un bloc que le supprimer…

Tu l’auras compris : devenir un nouveau nomade, c’est adopter une nouvelle organisation de vie et de travail, des outils et des techniques pour gagner du temps et de la mobilité… s’échapper une heure du bureau pour se poser, bosser ou réfléchir à la terrasse du coin, s’évader 3 semaines en Thaïlande ou carrément faire ses valises sans billet retour… bref pouvoir faire ce que l’on veut, quand et à l’endroit où on l’a décidé…

Alors, demain, tu vas où ?

1 réflexion sur “Un nouveau nomade : c’est quoi ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *