Pourquoi tu devrais te mettre à la diète… d’informations

Hello !

Comment va aujourd’hui ?

Bon ok… commencer par parler de diète, c’est pas marrant… Mais rassure-toi : je ne suis pas devenu nutritionniste et je ne compte pas te bassiner avec les 5 fruits et légumes et blabla… On se concentre et on reste dans le thème du blog 😉 .

Non, en fait, je vais te parler de diète d’informations. C’est nettement plus sympa, tu vas voir. Depuis quelques années maintenant, je ne regarde plus les infos à la télé par exemple. Je me suis rendu compte à l’époque qu’on était bombardés d’une tonne d’infos diverses et variées qui finalement ne changeaient pas grand chose à ma vie mais qui avaient très clairement un impact sur mon moral. Il ne faut pas être expert en journalisme ou en communication pour comprendre que les médias aiment entretenir cette négativité naturelle de l’être humain (souviens-toi, quand tu étais enfant, on ne te disait pas que tu avais 8 bonnes réponses à une interro mais bien que tu avais fait 2 fautes… tu vois où je veux en venir ?), un climat de stress et de peur (j’ai rarement entendu des news réjouissantes et encourageantes dans un journal télévisé) et sont toujours à la recherche de scoops… malheureusement, très souvent mauvais pour ta santé mentale, eux-aussi.

Je me retrouvais en général stressé, énervé, voire en colère, ou encore démotivé, à la fin du JT et un jour, je me suis dit : « C’est terminé. Je ne veux plus me laisser contrôler de la sorte par ces foutus médias ». Il faut dire que pour trouver de vrais journalistes d’investigation à l’heure actuelle, plutôt que des pseudo-journalistes qui en réalité ne font que raconter ou recopier ce que des soi-disant experts leur refilent, il faut se lever tôt. Du coup, pour moi, les nouvelles à la télé, c’est fini. Oups ! Je ne te cache pas que j’ai quand même eu un doute à ce moment : « Et si je loupe une info importante ? », ou encore « ne vais-je pas passer pour un sombre abruti quand je vais discuter avec d’autres personnes et que je ne saurai rien de ce qui se passe dans le monde ? ». Bref, des conneries de ce type-là.

Et bien non : rien de tout cela ne s’est passé. Mon moral est revenu à la hausse et ça n’a strictement rien changé à ma vie. Je n’ai jamais raté une info capitale et si quelqu’in me parlait d’un truc dont je n’avais pas entendu parler (en général un truc super important, tu imagines bien 😉 ), je lui expliquais très clairement pourquoi. Certains ne comprendront pas, d’autres seront surpris et curieux… Ok, et après ? Très sincèrement, je m’en fous. D’un autre côté , je ne te dis pas non plus de jouer à l’ermite au fond de sa caverne et de couper complètement le robinet d’informations. Juste de les réduire drastiquement. Et de te concentrer sur ce qui t’intéresse vraiment, de ne garder que l’essentiel.

C’est alors que je découvre le fameux bouquin de Tim Ferriss (La semaine de 4 heures – à force d’en parler, je vais finir par mettre un lien d’affiliation pour toucher ma comm’) et de quoi parle-t-il dans un chapitre ? De la diète d’informations. Bingo, j’avais raison. C’est exactement ce que je pensais. Selon lui, il ne faut consommer l’information que si elle est nécessaire dans l’instant. Si elle n’est pas essentielle immédiatement, on la laisse de côté. J’ai essayé et ça fait un bien fou. Parce qu’il n’y a pas que les news à la télé : nous sommes ensevelis d’infos de toutes parts : la radio, les journaux, les réseaux sociaux, les notifications d’apps, les publicités, etc. Toute la journée. 24/7 à la limite. Et au-delà du côté délétère et pernicieux de tout ce qu’on peut entendre ou lire, il y a cette masse de données à gérer, traiter, interpréter non stop. Or, comme j’en ai déjà parlé dans des articles précédents, justement, l’idéal est de rester concentré quand tu traites une tâche afin d’être plus productif et de gagner du temps pour faire ce que tu as envie de faire. Ne garde que l’essentiel. On se fout du reste.

Mais attention : c’est parfois plus vicieux qu’on ne le pense ! Ok, tu limites les conneries à la télé, sur Facebook et consorts, tu te concentres sur les informations qui t’intéressent et tu libères ton cerveau. Mais il y a moyen d’aller encore plus loin. Par exemple, pour le boulot, j’étais amené à lire une quantité phénoménale de brochures techniques diverses et autre documentation professionnelle. Même problème que pour le reste : j’avais peur de louper un truc super important et je lisais un max afin d’emmagasiner des choses dont j’aurais peut-être besoin un jour. Pour de toute façon les oublier, les remplacer et quand même rechercher l’info quand j’en aurais besoin. Pareil pour ça : j’ai taillé dans le gras. Je ne vais chercher l’info que quand j’en ai besoin. Suis-je moins efficace qu’avant ? Non, au contraire : je ne surcharge plus mon cerveau de trucs inutiles.

Maintenant, ma doc professionnelle, c’est checké vite fait bien fait, en diagonale… et encore, quand j’y pense (tu verrais la pile de paperasse qui s’accumule dangereusement parce que je n’ai clairement pas envie de faire ça pour le moment…). Et je ne m’en porte pas plus mal. Idem pour les infos : tu pioches justement ce qui t’intéresse en discutant avec les gens, en jetant un oeil vite fait sur les titres de la presse écrite en passant devant un kiosque ou un marchand, tu visites de temps en temps une app ou un site web pour voir ce qui se raconte… et c’est marre. Que ce soit personnel ou professionnel, ne consomme que l’info qui va te servir tout de suite. Tu vas faire le ménage dans ton cerveau, t’apaiser, te focaliser sur ce qui est important pour toi, et en plus tu vas gagner un max de temps. Et c’est bon pour le moral (tiens, ça me fait penser à une chanson… merde je l’ai en tête maintenant). Crois-moi. Ou plutôt, non : essaye. On devrait tous se dire plus souvent à soi-même : rien à cirer ! Ça soulage.

Bref, il est clair que c’est pas super intuitif comme approche dans la mesure où nous vivons dans une société de sur-consommation d’infos (entre autres) de qualité extrêmement variable (d’où l’importance de toujours garder un esprit critique) et que c’est aller à contre-courant de la tendance générale. Mais je crois, sincèrement et modestement, que c’est nécessaire si tu veux être plus serein, plus libre et devenir un nouveau nomade…

Une petite astuce pour terminer : c’est comme pour arrêter de fumer (parler de ça après avoir parlé de diète, faut que je me calme… s’agirait pas de devenir un enfoiré de moralisateur 😉 ), certains préféreront arrêter net, d’autres voudront réduire progressivement… peu importe, le tout est d’atteindre l’objectif que tu t’es fixé. Tu peux toujours commencer par dégager les conneries qu’on entend à la télé. Commence par ne plus regarder les news par exemple… Et réduis ce flot d’informations en testant sur d’autres sources, d’autres médias à éliminer de ta vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *